LIE

J’ai vu se propager la fièvre, cette fulgurante tubercule, je l’ai vu envahir nos ventres, nos cœurs, votre poitrail si fier, votre œil blanchâtre et le lait de votre sourire, désarmant, tellement désarmant, un bout d’enfance qui s’accrocherait à vos canines…. Puis, je l’ai vu tout recouvrir, tout ensevelir, tout tsunamiser, tous nos mots, tous ceux qui attendaient la réponse de l’autre, du miroir, du jumeau, de cet incestueux jumeau.. j’ai vu ce Néant Atomique et tous nos nucléons béants

Je l’ai vu nous bombardiser, masquer nos ribambelles mensongères, anéantir mes anecdotes passagères, mes annotations folles amoureuses…

Je vous lis , encore, toujours, à jamais.

À lier.

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s