T.rêve

Ce n’était pas un rêve.

Il n’y avait pas de début, ni de fin. Pas d’avant, ni d’après. Rien. Rien d’autre que cet instant, unique. Fulgurant.

Ce n’était pas un rêve, il n’y avait que vous, parmi la foule défocalisée, juste vous, le seul, l’unique, vous tout droit au milieu du trouble environnant, vous et vos cheveux en bataille, vous et vos yeux fiévreux, vous.

Je vous ai déjà vu, le saviez-vous ..? Vos muscles fins et tendus, votre corps de grimpeur, vos mains agiles et chacune de vos veines. Je vous ai déjà vu, quelque part, nulle part ou partout, suspendu au dessus des gorges, celles du Verdon et d’autres encore, épris de liberté et d’adrénaline, suspendu à un fil, et à ces mots que nous n’osions prononcer..

Fiction.

Tellement con..? Non, laissons cette réflexion aux ignares, aux pauvres, à celles que la vie n’a pas épargnées.

Je les plains.

Ce n’était pas un rêve, je vous ai ressenti, réellement ressenti, plus vrai qu’un pincement au cœur ou qu’une morsure à l’âme, terriblement délicieux. Quand vous vous êtes rapproché, si lentement que je ne savais plus si vous glissiez vers moi ou si ce n’était qu’une illusion d’optique, quand vos yeux immenses se sont accrochés aux miens pour ne plus les quitter…

Je vous ai tressailli quand vos lèvres ont frôlé les miennes , sanguines, assoiffées, quand votre main s’est glissée dans la mienne, quand votre langue s’est glissée dans ma bouche , quand tout a glissé à l’intérieur de moi, quand je ne savais plus très bien , quand je ne savais plus du tout.

Alors cet instant, juste celui là, celui qui ne joue pas, celui plus vrai que nature, plus dense que dense… Ce n’était pas un rêve.

10 commentaires

  1. Ça ressemble à un coup de foudre, à l’éclair qui nous traverse laissant derrière lui l’odeur de la chaire putréfiée de deux corps en déperdition. Douce possession de la morsure du scorpion. C’est comme si j’y étais. Gros bisous.

    Aimé par 1 personne

  2. Le rêve est un intrus (étrange et pénétrant…) qui s’invite sans notre consentement et la police ne fait rien…pourtant les témoignages sont nombreux mais en vérité…c’est vrai qu’on ne dit pas tout…alors, laissons le rêve yoyoter…car il n’imagine même pas…

    Aimé par 1 personne

  3. Je pense à cet instant précis où tout bascule entre le rêve et l’éveil, cet instant ambigu, flou, entre-deux décors, deux êtres, sans queue, ni tête… cette dimension vierge qui s’affranchit de nous, de notre condition, de nos instincts reptiliens… même nos folies sont reléguées à de pâles anecdotes. Un univers s’ouvre, big bang en stop-motion, pixels et atomes pénétrants nos imaginaires, l’origine en intraveineuse, enchevêtrement de cordons ombilicaux…
    Je pense à cet instant précis où j’inocule et éjacule des plaisirs extra-sensorielles et tu es là…tu n’a jamais cessé d’être là, dans cette évanescence qui nous consume…

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s