poetry

Vous me balbutiez…

Vous me balbutiez. Toujours et encore plus.. comment faites vous… peut-être n’ai je pas envie de connaître la réponse, notre cheminement me suffit… vous êtes cette traverse… à jamais

Publicités

My new Song ❤️❤️❤️❤️❤️😍😎❤️Release 08.06.2018

soundcloud.com/neopren-records/sets/neo039-tkkim-aftertaste-of-love

T.rêve

Ce n’était pas un rêve.

Il n’y avait pas de début, ni de fin. Pas d’avant, ni d’après. Rien. Rien d’autre que cet instant, unique. Fulgurant.

Ce n’était pas un rêve, il n’y avait que vous, parmi la foule défocalisée, juste vous, le seul, l’unique, vous tout droit au milieu du trouble environnant, vous et vos cheveux en bataille, vous et vos yeux fiévreux, vous.

Je vous ai déjà vu, le saviez-vous ..? Vos muscles fins et tendus, votre corps de grimpeur, vos mains agiles et chacune de vos veines. Je vous ai déjà vu, quelque part, nulle part ou partout, suspendu au dessus des gorges, celles du Verdon et d’autres encore, épris de liberté et d’adrénaline, suspendu à un fil, et à ces mots que nous n’osions prononcer..

Fiction.

Tellement con..? Non, laissons cette réflexion aux ignares, aux pauvres, à celles que la vie n’a pas épargnées.

Je les plains.

Ce n’était pas un rêve, je vous ai ressenti, réellement ressenti, plus vrai qu’un pincement au cœur ou qu’une morsure à l’âme, terriblement délicieux. Quand vous vous êtes rapproché, si lentement que je ne savais plus si vous glissiez vers moi ou si ce n’était qu’une illusion d’optique, quand vos yeux immenses se sont accrochés aux miens pour ne plus les quitter…

Je vous ai tressailli quand vos lèvres ont frôlé les miennes , sanguines, assoiffées, quand votre main s’est glissée dans la mienne, quand votre langue s’est glissée dans ma bouche , quand tout a glissé à l’intérieur de moi, quand je ne savais plus très bien , quand je ne savais plus du tout.

Alors cet instant, juste celui là, celui qui ne joue pas, celui plus vrai que nature, plus dense que dense… Ce n’était pas un rêve.

Sans dessous, vous dessus

Notre premier baiser salé

Sans dessous, vous dessus

Pris en flag, la main dans le placard,

Alors, élançons nous, piquez moi, roi de cœur

Le mou du genou qui flageole un peu

Et votre poigne sur mes hanches

Nous étions si tremblants, c’était

Si tentant

Lançons le débat

Déballons tout

Ébattons nous

Avant la débâcle…

Crever l’absence

Je porte le masque de soi(e) depuis si longtemps.. Vous êtes le premier à me l’enlever.. Me voilà à poil, sciée, fractionnée, à frissonner devant vous, un peu gauche, un peu paumée, avec vos mots qui claquent partout, vos phrases chauve-souris agrippées à mes détails en lambeaux … Me souvenir de ce que je viens de lire, d’entendre… Me souvenir de tout… J’ai tremblé et j’ai fermé. Je voulais tout jeter, mes mots et mes phrases, tout vous jeter à la figure, et mon p’tit coeur aussi, car l’impassible n’est pas moi… vous êtes tellement plus moi que moi, Vous l’inconnu que j’aurais aimé être.. j’ai fermé et j’ai compté à rebours pour laisser mon cœur retomber. Le soufflet. Marche pas terrible car il redescend pas. Il est tout gonflé et les veines et les artères , boursouflées, et comment je fais, c’est malin, et comment respirer… je parle dans tous les sens, je ris, je folle, et même pas la syntaxe. C’est vraiment pas malin, je devrais effacer et pas poster ce truc. Brouillon, je suis chiffonnée. Hâtez vous de vous endormir, de me racontez ma vie, hâtez vous afin que je dessèche, qu’on crève l’abcès, car crever d’absence est plus douloureux…

Mains salées et dyson que c’est une fiction

Paf, encore une fois. Ça marche toujours, vous le savez? Dès la première fois et d’une seule main, les 7 mouches que j’avais en tête, pulvérisées, réduites en poudre, à plat dans votre main, dans votre main qui tremble même pas, votre main fantôme qui réapparaît plus vraie que nature, immense, vorace. Votre vraie main. Paf, dès la première fois, retournée comme une crêpe, collée au plafond pour retomber mollement sur le sol, crêpe à la miette, j’aspire , j’aspire vos mots, les fais disparaître dans un tourbillon sans aucune perte de puissance…