writing

éloge du non-savoir

© photo & text TK.Kim

 

Tu me touches, toi, l’être qui n’existe pas,

troublante manifestation de mon imagination.

Remplis la béance de ma vie

Et rien des vils débris retirés de ma fange ne se perdra.

Tes mots rêvés feront d’eux des chrysalides et redonneront à la noirceur boueuse de mes pensées des ailes diaphanes

Babioles de fer , tu es ma matière première…

Publicités

going down for your love…

…Puisqu’il y a toutes ces questions d’existence, et d’existencialité..

Je plonge.

Avec toi.
Ce non-être, je le connais bien: j’y suis née…
TK.KIM n’existe pas si tu ne me suis pas…

Pour tout cela,

Pour bien plus

Pour pas encore

Mais pour ce presque là…

Je t’aime… ❤

juste une mise au point.

si vous lisez encore entre ces lignes, de l’auriculaire à l’index parcourez l’échine.

Attardez vous sur ma paume…

Entre vous et moi, de mon point G à votre point mort,

je cale.

 

 

 

Protégé : My personal war

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Marina…

 marina2
il n’y a qu’à vous que je peux dire cela.
Qu’à vous…
En premier…
Je me précipite vers vous.
Je voudrais vous renverser, vous sauter au cou, vous faire la fête, remuer la queue si j’en avais une, haha, c’est drôle, non? Je perds la la tête, je perds tout contrôle, sautille à cloche pieds, je vous ai dit: emmêlons nous les pinceaux.
Vous étouffer de joie.
Partager avec vous.
Je sais que vous seul pouvez  mesurer l’étendue.
L’incroyable, la démesurée,  l’insensée étendue.
la profondeur des océans.
Elle est là. Nous y sommes.
Vous allez comprendre, attendez, attendez, vous allez ressentir.
Si vous saviez à quel point je suis….  renversée…

Hier soir, je l’ai vue, touchée.

Nous avons parlé.

Hier soir, elle m’a atomisée.

Senti sa présence. son parfum, sa main, dans mon dos, son rire.
Marina

Salve de claques.
que dis-je: de coups de poing!!

je n’y crois pas moi même.

c’est juste fou.

Participer.

Mettre son uniforme MAI et jouer. Le jeu

Sans retenue aucune.

plutôt crever que de m’arrêter de marcher.

Marina

tk

Protégé : Sombre éros

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :