photos

Extimity

Extimité de TK KIM
« le plus intérieur est extérieur ». Jacques-Alain Miller

Concept

Dans cette exposition, je souhaitais parler du désir que nous avons tous de rendre visibles certains aspects de soi jusque-là considérés comme « intimes », de ce besoin de mettre en avant une partie de nos vies, autant physiques que psychiques afin de construire une estime de soi, image positivée par les « Autres« .

Je voulais parler de l’Extimité..

 « C’est l’ennui de sa propre existence – ou non existence – qui est à l’origine de cette extimité … » S. Tisseron

L’extimité est-elle une quête relationnelle et une ré-organisation des règles sociales, un néo-narcissisme  ou un simple moyen de protéger son intimité..? Peut-on montrer une image de soi pour mieux dissimuler son jardin secret..?

Qui sommes-nous devenus..?

 

Art

C’est donc à une réflexion sur ce concept d’extimité que je voulais vous convier. Il s’agit de mettre l’accent sur  différents modes artistiques valorisant « la démonstration de soi»,
Cette exposition est un moment propice à la réflexion sur l’impact de ces différentes expositions de soi sur les spectateurs. Que perçoivent-ils ? Qu’y cherchent-ils ? Que ressentent-ils ?

Artistes

-T.K.Kim: concept, mise en scène, videos, peinture
-Bea Nichele, Christel Bize, H. Suzuki: danse
-TK KIM aka Pop-3: music

Spectacle

désir exhibitioniste et recherche de la « starisation » reflétant un profond sentiment de solitude

Chronologie:

Avant le spectacle: « CASTING INTIME »: ( le public est  inspiration.)

Invitation à un « casting intime » : toute personne désirant participer activement à l’élaboration de ce laboratoire de l’intime peut envoyer des photos, vidéos, aveux, mensonges, voix, textes sur une adresse mail crée pour ce fait.
Ce matériel  sera utilisé, détourné, traduit dans des vidéos, dans des tableaux, musique, photos, illustration, graphiques, danse.

Les gens se retrouveraient pour la soirée « starifié ».

Programme:

« cabine de déshabillage »

le public arrive, et passe dans une « cabine de déshabillage » , sorte de sas dans lequel  le photographe Alex Urosevic va capturer un bout d’intime. Ces clichés sont des « instantanés » fixant un moment entre lui et eux, un moment unique, une déstabilisation, qui sera projetée sur les écrans.
C’est le début de l’extimité.

Untitled-1

salle des murmures.

La première salle est le résultat des aveux envoyés lors du casting intime. J’ai récolté beaucoup, beaucoup de matériel, de photos, de bouts de vidéos d’inconnus. Il m’a fallu trouver le lien, le chemin qui relie toutes ces intimités. Beaucoup de nudité, de sexualité, parfois de la tristesse. Pas facile de garder l’esprit clair… Et pourquoi le garder d’ailleurs…?

Dans la salle des murmures, complètement obscure, 12 écrans diffusant en loop les vidéos que j’ai faite. Des boucles infinies d’intime où toutes les histoires se mélangent: nous sommes tous similaires finalement…

Le son est à écouter au casques, seul face à l’intime des autres. Parfois, un écouteur se soulève et le spectateur est confronté à la réalité abrupte: quelqu’un vient de lui murmurer à l’oreille des aveux écrits, laissés par les inconnus (par mail ou dans la boite des murmures )

murmures

salle principale:
exposition tableaux TK KIM (huile sur toile, technique mixte, graffitis)

EGO ch 01 - artsens.indd

21h30-22h30: danse/vidéo
L’extimité c’est la mise en scène sa propre vie, et le désir de projection, projection de ses propres phantasmes sur autrui. Ces désirs très personnels, très intimes sont projetés sur la danseuse contemporaine Bea Nichele qui représentent le « support » et evoluera à la verticale. Dans une contruction semi circulaire, elle dansera jusqu’à ce que les repères deviennent flous: où se trouve la limite entre le réel et le virtuel..?

23h00-24h00:
improvisation peinture:
10 toiles blanches sont devant moi, et moi, je suis à la disposition des confidences des gens.
Selon le principe du « confessional » un personne entre dans un endroit clos, et « confesse » qq chose. Chacun a environ 1 minute pour parler.
Je ne vois pas la personne, et eux, ne voient pas ce que je peins sur leur confidences. La personne suivante fait de même. Sur la toile, les différentes intimités s’ajoutent se mélangent, s’annulent, se complètent ou se détruise.
Le tout est filmé caméra au point et retransmis sur les écrans.

tkkimextim

24h00-01h00:
improvisation musicale.Une auteur compositeur improvise un musique: plus la musique est lente et plus les seq vidéos seront dévoilées. Ces séquences sont basées exclusivement sur des vidéos tournées avec les artistes participant à la soirée

pop-3-extim

éloge du non-savoir

© photo & text TK.Kim

 

Tu me touches, toi, l’être qui n’existe pas,

troublante manifestation de mon imagination.

Remplis la béance de ma vie

Et rien des vils débris retirés de ma fange ne se perdra.

Tes mots rêvés feront d’eux des chrysalides et redonneront à la noirceur boueuse de mes pensées des ailes diaphanes

Babioles de fer , tu es ma matière première…

Baileys, je boirai le vin jusqu’à ton lit…

huslerjames bayleys

Je boirai le vin jusqu’à ton lit,

ton calice jusqu’à la lie…

Folle à lier, je suis.

 

le corps à lame

le corps à lame

 

blood1

 

blood2

 

blood3

 

 

d’abord le fracas
et le ciel en aplat,
puis le silence et la roue qui tourne sans bruit.

D’abord mes yeux qui cherchent les tiens
mais se heurtent à ton air de rien.

un refrain qui persiste pourtant, quelque part au loin… « restons désinvolte… »

tu souris, toi tout en  éclats
le coeur de ce rouge imbibé, et la toile qui s’empreigne,
Toi hors souffle, statue au  ventre troué,
Je te courbe le dos, caresse ton échine retroussée
et tes mains, tes mains, tes mains….

 

collaboration photo avec Bastien Balthazar Bux

https://www.instagram.com/bastien_balthazar_bux/?hl=de

 

peloton de laine

peloton de laine

tirer à bout et pourtant

ne pas savoir pour autant

si tu t’étires ou si tu mens…

 

Au delà des ondes…


tu vois, c’est comme ça.

J’efface, je rature, je cale.

Puis change de cap, je me concentre sur des petites étoiles, gribouille des éclairs… Pour retrouver son univers…

Je manque, puis m’écrase.

Putain de gravité.

Fermée à double live tours, des “i want to live, i want to live” plein les tympans, je me dis que tout cela n’a aucun sens car c’est lui qui leave…

 
La contre plongée…?

Ok, chiche, cessons de respirer… Il parait que l’art n’est qu’une question d’inspiration..? On fera encore plus encore… Expirons.

Jusqu’aux bas fonds.

Protégé : My personal war

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Protégé : Guerre des nerfs

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :