tk.kim

Protégé : tutoyer ton horizon (Again)

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

B. mon amour

 

 

web_CANADAcrop

à présent loin de toi

 

Biensûr, tu me manques.

Biensûr, je cache ce vide dans un vide plus vaste encore.

L’eau du lac en fond d’écran, et une total absence de turbulences. Je ne veux rien d’autre que toi dans moi.

Qu’est ce que tu crois…  A chaque seconde de chaque éternité…. Je suis un cliché parfait.

Tes pulsations, ton énergie, tes recoins secrets… Tous ces petits trucs qui ont fait qu’immédiatement, irrémédiablement, je sois tombée de toi.

à la renverse.

B, mon amour…

B.

 

MIME centrum

MIME ZENTRUM, B.erlin

La batisse était immense, majestueuse, elle se dressait dans la nuit  telle une promesse d’éternité, un murmure  » de sensation infinie… »

 

Le screening de TK.Kim? à 20.00, vous verrez Eidôlon et Chair de peau, bâtiment de gauche. C’est marqué…

 

Le public est venu, incroyablement.

La salle s’est remplie, quelques personnes se sont assises à même le sol car les places étaient toutes occupées… Mon coeur a palpité, un peu plus encore, et puis, le noir, le silence.

La projection a débuté…

projection3

projection des vidéos Eidôlon et Chair de peau (Skin Quivers)

 

Voilà.

 

Le fruit d’heures de concept, tournage, montage, étalonnage, post production, voilà, il est là.

 

Devant nous. et moi qui tremble.

 

Cette nuit là, tu as été intense, plus intense encore.

B.

tu as brûlé mes artères, laissé ma langue se déployer, j’ai parlé, parlé comme jamais, moi d’habitude si réservée.

tu m’as ouverte.

Le public était curieux, ouvert, il a posé mille questions et nous, nous, nous étions juste comme des amis de toujours, à discuter de tout et de rien. Parler des absents, si présents dans les films, de l’écriture fulgurante d’Alan McKerl , de la fragilité boulversante de Flavia Ghisalberti…. Valentin Tszin, hypnotisant, et Philippe Alioth, plus touchant que jamais.

 

 

 

 

Merci à toi, B. erlin,

Mon Am our

 

 

 

 

Et…. fusion.

Festival Butoh Off, Basel

presentation

Là, c’est l’instant T…. La présentation… De mes films Eidôlon et Chair de peau (skin quivers), puis de la performance avec le danseur Valentin Tszin, accompagnés de la musique de Philippe Alioth… Biensûr le trac. La peur. D’être mal perçue par les puristes du Butoh, car je n’en suis pas une. De puriste. Amatrice, oui.

public2

Mes vidéos sont des interprétations. Des métaphores, des trucs hybrides. Des témoins de ces moments haute voltige, avec des danseurs exceptionnels. Qui m’ont transportée, par leur gestes, par leurs dons… Pour moi, la danse Butoh est la faculté d’emmener le spectateur ailleurs, de transformer l’espace, le temps. De tout changer. Tout.

La performance live, c’est cela. Un saut dans le vide. Ou une apnée.

Je ne sais pas ce que va faire le danseur. Et pourtant, mes vidéos l’accompagnent, le soutiennent, ou s’effacent devant sa chorégraphie, car lui, est en avant, devant l’écran, parfois dans l’écran.

Il peut devenir partie du virtuel, ou au contraire, s’en détacher …

En direct, avec toutes mes sources vidéos, je guette. Agis. Réagis.. Le challenge est de ressentir ce petit truc, qui va faire que.

L’unité…

Et même si j’ai plongé  en amont, en préparant des films, ces bouts de moj qui se mélangeraient à lui, le trac est là. La peur de ne pas être capable de me fondre en lui… Et puis la lumière s’eteind et l’inexplicable arrive. Ce moment indescriptible où des choses magiques arrivent. Où tout fusionne…

Peut être une bougie quelque part m’a -t-elle aidé?

matériel vidéo pour la performance live

materiel

extrait de la performance de Butoh avec Valentin Tszin (dance) TK.Kim (vidéo) Philippe Alioth (music)perf 7live2live tk

concentration

perf10perf4

Voilà, je ne pensais pas que l’on pouvait toucher à ce point. Les Bâlois si réservés… Valentin Tszin, chamane des âmes, nous a tous boulversés. Une femme a pleuré. D’autres nous ont submergés de paroles.

Voilà, merci pour le moment

(hahahahaha, il fallait bien finir ce post larmoyant par une point d’humour! 🙂 🙂 La fatigue me rend hyper sensible! 🙂 )

6 floor

1er extrait de l’albun intrication…. Avec la voix d’Alan McKerl

Intrication by TK KIM

Image

Parce que l’histoire de cet album est simple, j’aurai peut être un peu de mal à vous l’expliquer.

Mais, oui, il est là, quelque part sur mes disques durs, enregistré en studio (label Neopren Records) ou à la maison, entre 2013 et 2014.  Car on peut tout faire. Avec rien.

Il y a une histoire, forcément. Un truc à raconter, un truc si fort que je n’arrive plus à le garder. Quand les songes se bousculent, que les mots me submergent, et qu’écrire ici, sur ce blog ne suffit plus, alors… je cherche. Ailleurs, partout, dans mes insomnies, dans celle des autres.

Car nous sommes plusieurs à résonner, en silence, ou en hurlant, chacun dans notre coin, ou tous ensemble car la décohérence, c’est notre force… Ne faire qu’un à plusieurs… Je ponds, je collabore, je farfouille et fouine jusqu’à l’apaisement momentané. Jusqu’au prochain brisement…

Dans cet album, je parle d’intrication, de photon, de communication simultanée sans aucun contact, de destins croisés, d’amitiés loupées et d’amour adulescentes. Je crois en toutes ces histories à l’eau de Rosen (Nathan Rosen), et à des vitesses bien  supérieures à celle de la lumière.

A la fulgurance…

J’ai écrit, filmé, monté, n’importe quoi et n’importe comment, à l’aveugle et dans l’urgence, à la débrouille, avec un appareil photo ou un Smartphone, selon ce que j’avais sous la main… La réalité est devenue fiction ou vice versa. Je n’ai pas cherché de décors, juste utilisé les endroits où la vie me poussait… Des solitudes sont venues colludé la mienne, il y a eu partage, chaleur, confidences, confiance… Des noms greffés au mien apparaitront sur les vidéos, car finalement, cet album est l’œuvre de rencontres….

Car je crois en l’intrication quantique… Des photons indissociables…Toute modification de l’état de l’un entraînerait instantanément le changement de l’autre, même s’ils sont séparés par une distance de plusieurs millions d’années-lumière, et même si l’un n’existe plus.

Quelle soit amoureuse, amicale, indéfinissable, innommable, cette intrication, c’est vous, et moi….

Finalement, mes études de scientifiques m’auront quand même menée à cela…

je vous aime,

TK

 

Intrication/Entanglement, the latest album from multimedia artist, TK Kim, is born of the moment captured, virulent cells on a thin slide, the ephemeral that lives, burns, fades, dies, turns to dust, evidence of existence in substance. Encapsulated in sound and vision. Everywhere she travels she is armed with a camera and sound recorder, her indispensable tools. Though not to a capture a mood but rather the opposite, the collecting of fragmental debris; an image, a sound, a chance meeting, the colliding of souls. In fact, anything that emotive connects with the human heart. Within that lies the story itself. Unprepared, fabulously incongruous and unconscious. Developing a musical photograph of what cannot possibly last but has existed.
Creating songs and videos that deal with subject matter such as illegal nights(?) in Berlin, solitary turmoil and isolation in New York or disillusionment and emotional collisions in Paris. Of life. A life between moments.
Stuck on automatic, TK Kim absorbs, vibrates and retransmits what was experienced. Regurgitating, spewing out words of unprepared text. Remaining true to her ethos of « One shot, one take. » Any possible errors are not mistakes as she resolves, « You have to love the imperfect since life itself is imperfect. »
She films, she records, everything and anything.
« During the assembly process one can lie about truths. Or can believe in the lies. Everything is an illusion. »
Entanglement, the sonic representation, is a confluence of lo-fi experimentation, modular synths and old drum machines, and rock oriented instruments, delicious guitar riffs and throbbing bass. With TK Kim slamming over and behind the rich layers of sonic textures producing a dark and sensuously melancholic pop.
Fascinated by the field of science and dipping into quantum mechanics she builds her own model. Defining entanglement as two objects who share the same properties but separated from each other by large spatial distances she ponders on the notion of, what happens to one is « Felt », absorbed, reflected by the other.
If it can happen to photons, proposes TK Kim, why not human beings?
« There are unexplained and intractable things. Destinies of two bodies correlated even although they haven’t met ».
Subscribing to that proposition TK Kim assumes the role of a photon, a free spirit, a creative atom in an infinite universe. And somewhere out there is a twin photon, atom B, that feels and acts, reacts to TK Kim. Symmetrical empathy in a mirrored universe. Action, reaction, cause and effect between two artists who have never met, never shared influences. Who know nothing of the lives of each other, know nothing of the practices of the other. No questions asked, no answers given. Age, personal histories remaining to a degree irrelevant. Mysterious creative exchanges across the ether, art in folie deluxe.
TK Kim propels her endeavour, abundant and radiant energy and commitment, witnessed in her blog (tkkim), through exhibited works in spaces (Daniel Tanner Gallery), through films (BANG, MOCT), in performance dance (Butoh). Now the possibilities open up. Somewhere, whether it’s Moscow, Seattle, or Mars, some unknown nonspecifically targeted person receives a sense of urgency and is compelled to react. The symbiosis of atoms A and B. Though light years from each other. Distant dreams are future songs. The entanglement realised in the eponymous album will be released in two phases: Action/Reaction.

PRESS KIT:

tkkim_intrication_infosheet-1 tkkim_intrication_infosheet-3

 

MOCT (le pont)

Mon 2ème film MOCT, tourné à St Petersbourg, et co réalisé avec Pat Marcel, est à la une de Dailymotion Art et Creation!!!!!!

On est trop fiers!!!!

Après avoir parcouru divers festivals, et avoir été mis en scène avec les danseurs lors de divers festivals de dance tels que le festival Kinodance (St Petersburg) ou le festival Boddinale (Berlin), le voici accessible sur le net!!!

 

MOCT my second movie, shot in St. Petersburg, and co produced with Pat Marcel, is on the front page of  Dailymotion  Art  & Creation!!

We are so proud!!

 

After have been projected in several film festivals, and in various dance festivals such as Kinodance festival (St Petersburg) or Boddinale festival (Berlin), MOCT is available on the net now!

 

avec Valentin Tszin, Alisa Pachenko

Image

Voici le lien

 

MOCT (le pont)
Moct est un coup de foudre. Une histoire d’amour entre Valentin et Alissa, deux amoureux qui laissent s’exprimer leurs âmes au travers d’une « danse du corps obscur ».
Cette histoire hors du commun, filmée à Saint Petersburg par les deux réalisateurs TK.Kim et Pat Marcel (BANG) sert de base à leur chorégraphie. Un film pour rythmer la danse. La musique minimale électro, bruitage et son IN donne une dimension universelle à ce conte. Pris entre deux rives, celle du visible et de l’invisible, ils nous emmènent d’un côté ou de l’autre, nous laissant haletant nous perdre entre les mondes.
Mélange de danse Butho et danse contemporaine, les artistes sondent les instances de leurs esprits, leur relation au cosmos et l’inscription de leur être au cœur de l’univers, tels des accompagnateurs de rêves.

 

 

http://www.babylonberlin.de/lafrenchconnection.htm

MOCT erzählt die Liebesgeschichte zwischen Valentin und Alissa, einer Frau ohne Vergangenheit, die ihrem Leben ein Ende setzen will. « Indem ich mich auf Sie stürzte, begriff ich, dass ich meinem eigenen Tod entgegen ging», denkt Valentin.

Über den Tanz möchte Valentin Alissa wiederbeleben, sie ins Leben zurückholen, ihr seine Zuneigung zeigen. Doch…ist Liebe ansteckend? Ist Verrücktheit ansteckend? Diese Geschichte bedarf weniger Worte, die Gesten, Blicke und die Worte zwischen den Zeilen sprechen für sich. Der Mensch ist von Zweifeln geplagt.

Die Künstler geben sich einer sinnlichen, leidenschaftlichen und leidvollen Choreographie hin, einer Mischung aus Butoh und zeitgenössischem Tanz, mit der sie ihre Gedanken, ihr Verhältnis und ihren Platz in der Welt beleuchten. Wie weit driften Sie ab? Moct ist der zweite Film der beiden Regisseure TK.Kim und Pat marcel, die mit ihrem ersten gemeinsamen Spielfilm(Bang !) bewiesen hatten, dass der Film auch eine andere Rolle spielen kann: die Rolle der Wahrheit.