IPhone

éloge du non-savoir

© photo & text TK.Kim

 

Tu me touches, toi, l’être qui n’existe pas,

troublante manifestation de mon imagination.

Remplis la béance de ma vie

Et rien des vils débris retirés de ma fange ne se perdra.

Tes mots rêvés feront d’eux des chrysalides et redonneront à la noirceur boueuse de mes pensées des ailes diaphanes

Babioles de fer , tu es ma matière première…

Baileys, je boirai le vin jusqu’à ton lit…

huslerjames bayleys

Je boirai le vin jusqu’à ton lit,

ton calice jusqu’à la lie…

Folle à lier, je suis.

 

Protégé : nos presque baisers sur le mur (tribute to… Il se reconnaîtra)

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :